Pas de Facebook, pas de Twitter, pas de transparence

Chez PRNEWS, nous sommes désireux de produire des événements en direct pour les communicateurs, les spécialistes du marketing social et plus encore. Nous surveillons donc en permanence le paysage des événements en direct. Ce fut une grande surprise d'apprendre que la Maison-Blanche envisage d'organiser sa première conférence sur les médias sociaux ce jeudi. Cependant, il a été moins surprenant d'apprendre qu'aucun représentant de Facebook ou de Twitter n'a été invité.

C'est parce que des sources anonymes issues des réseaux sociaux méprisés "croient que le sommet constituerait une séance de griefs de la droite et ne viseraient pas à discuter sérieusement de certains des problèmes auxquels sont confrontées les grandes entreprises technologiques", rapporte CNN.

Ces griefs ont été exprimés depuis l’été dernier, lorsque l’administration Trump s’est appuyée sur un rapport publié par des employés de Facebook, affirmant que le réseau social avait un parti pris politique dans le contenu qu’elle privilégiait. L’administration semble convaincue que la Silicon Valley s’effondre. Et Google s’intéresse beaucoup à Google.

Les professionnels de la communication n'ont toutefois pas besoin de prêter attention à ces distractions. Au lieu de cela, regardons ce qui se passe réellement avec ce "sommet des médias sociaux".

N'oubliez pas qu'il existe de véritables problèmes nationaux avec les grandes entreprises de technologie.

La Maison Blanche semble éviter la possibilité d'un dialogue avec Facebook, qui a été critiqué au cours des dernières années pour tout, de ses pratiques en matière de protection de la vie privée (tentatives de réforme de la vie privée peu sincères) et de problèmes de modération du contenu à des préjugés sexistes plate-forme et son épidémie de fausses nouvelles de longue date. Il n’est pas étonnant que des discussions antitrust soient en cours.

Contrairement aux propositions concrètes de réglementation des médias sociaux, telles que le rapport détaillé du sénateur démocrate Mark Warner de l'été dernier, il est peu probable que le sommet puisse bouger sans que deux des plus grandes plates-formes incluses dans la discussion ne se trouvent.

Pas de transparence et publicité mensongère

Avec ce sommet, la marque de Trump a un autre événement à lancer sa base. Mais peu d’informations sur l’événement sont disponibles.

Ce sommet, prétendument sur la transparence des médias sociaux, n’a pas été communiqué de manière transparente sur ce qui sera discuté ou qui sera même présent. Et deux des plus grandes entreprises de technologie, Facebook et Twitter, ont confirmé qu'elles n'avaient jamais été invitées. Cela rappelle que beaucoup de personnes au pouvoir croient encore que les Américains considéreront la simple façade gestuelle d’un événement comme un effort suffisant.

Il est trop tôt pour dire si les opinions à propos de ce sommet seront partagées par les partis et si cela permettra de traiter de vrais problèmes. Une chose à retenir: les fausses publicités montrent qu'une marque pense très peu à ses clients, car elle suppose qu'elles ne pourront pas sentir ce qui se passe réellement.

À quoi ressemblerait un véritable dialogue sur le biais de classement

Donnons à la Maison-Blanche le bénéfice du doute pendant une seconde et supposons qu’elle n’a fait qu’inviter de plus en plus les entreprises avec lesquelles elle envisage un dialogue de fond. Supposons également que Google soit l'une des grandes entreprises de technologie à avoir reçu l'invitation.

La connaissance de la Maison Blanche en matière de référencement serait un aspect fondamental de la conversation. Les responsables doivent comprendre la myriade de facteurs de classement qui influent sur le classement d'un contenu dans la recherche biologique. Ils ont besoin de savoir qu’un score de pertinence ne peut être artificiellement créé par des mots-clés bourrés et des backlinks.

Il est également essentiel qu'ils comprennent que l'intégrité éditoriale d'un contenu est un facteur crucial lorsque les algorithmes de Google tiennent compte de son classement, en tenant compte de tout, des métadonnées et balises aux sous-titres et à la lisibilité. En somme, si la qualité éditoriale d’un contenu semble plus discutable s’agissant d’une idéologie politique plutôt que d’une autre, c’est un problème à part.

Si la discussion au sommet se concentre sur le référencement, Google serait probablement disposé à suivre ligne par ligne ses facteurs de classement et à mettre au clair tout changement apporté par les dernières mises à jour. Google pourrait également expliquer en quoi consiste une mise à jour principale du référencement, et comment toutes les équipes numériques associent constamment leurs stratégies à chaque mise à jour pour optimiser leur site, conformément aux priorités des robots de recherche de Google.

Ceci est tout simplement hypothétique, bien sûr. Nous ne saurons pas vraiment ce qui se passera au sommet de jeudi à moins que ce ne soit diffusé, enregistré, transcrit ou autrement partagé avec le public – en toute transparence. À moins que cela ne se produise, les communicateurs ne peuvent que continuer à persévérer dans les domaines du référencement social et social payant, en investissant notre temps et nos ressources dans ces outils jusqu'à ce qu'un grand changement suggère qu'il est plus judicieux d'agir autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *